Esther McVey n'est pas apte à devenir députée après les commentaires des LGBT, selon le Labour | Politique

Le parti travailliste a accusé la direction conservatrice de l'espoir, Esther McVey, d'être inapte à devenir député après avoir répété son point de vue selon lequel les parents devraient être autorisés à retirer les enfants du primaire des leçons sur les relations homosexuelles.

Angela Rayner, la secrétaire fictive de l'éducation, a déclaré que les arguments de McVey en faveur de laisser les parents retirer les jeunes enfants de l'éducation LGBT étaient "illégaux, immoraux et profondément dangereux".

«Esther McVey n'est pas apte à être candidate au poste de Premier ministre et pas apte à être députée», a-t-elle déclaré. «Nous ne pouvons pas et n'échouerons pas les jeunes LGBT. Non seulement nous avons le devoir moral de veiller à ce que tous les jeunes reçoivent une éducation inclusive des LGBT, mais il y a également une obligation légale en vertu de la loi sur l'égalité. »

McVey a d'abord exprimé son point de vue la semaine dernière, suscitant les critiques de ses collègues conservateurs Justine Greening et Amber Rudd, qui ont déclaré que le parti ne pouvait pas choisir quand il s'agissait de soutenir l'égalité.

Suite aux critiques, McVey a riposté, affirmant que sa position n'était pas controversée.

Interrogée sur le programme Victoria Derbyshire de la BBC à propos de ses commentaires, McVey a déclaré: «C’étaient de très jeunes enfants dans les écoles primaires et j’ai dit que les personnes qui devraient savoir s’il est pertinent pour l’âge sont les parents et non l’État.

«Je crois que les parents avec de très jeunes enfants… des enfants de quatre et cinq ans, et je dirais que c'est un jeune enfant… leurs parents savent pour leur enfant ce qui est pertinent pour l'âge.

«Et d'ailleurs, ce n'est pas controversé. C'est la même politique que Justine Greening a supervisée. C'est la même politique que le Labour a supervisée. Pour les jeunes enfants dans cette société multiculturelle, diversifiée et moderne dans laquelle nous vivons, je dirais que pour les très jeunes enfants – comme vous le dites, quatre et cinq – les parents ont le mot à dire sur l'éducation sexuelle.

«Mais je suis heureusement d'accord et je me réjouis que les droits des LGBT soient enseignés dans le cadre de l'éducation sexuelle.»

La question est devenue d'actualité parce que les parents manifestants ont été interdits de manifester devant les portes de l'école contre l'enseignement LGBT dans une école primaire de Birmingham.

Le conseil local a obtenu une injonction provisoire de la Haute Cour interdisant aux manifestations de se dérouler dans une zone d'exclusion autour du site.

L'injonction provisoire couvre les rues entourant immédiatement l'école et interdit aux manifestants d'imprimer ou de distribuer des tracts, invitant les autres à manifester et encourageant les gens à se rassembler à l'entrée. Les manifestants auront la possibilité de présenter leurs arguments à un juge lundi prochain.

L’ordonnance, publiée sur le site Web du Conseil, interdit également l’utilisation des médias sociaux pour faire des commentaires offensants ou injurieux à l’encontre des membres du personnel.

Cette décision fait suite à des semaines de protestations dans diverses écoles au sujet de l'adoption d'un programme conçu pour enseigner aux enfants les caractéristiques protégées par la loi sur l'égalité. Le programme No Outsiders fait partie des cours d'éducation sexuelle et relationnelle (SRE) dans certaines écoles. Son éthique est de promouvoir l'égalité des LGBT et de contester l'homophobie dans les écoles primaires.